Centrale Lille

Zoom Sur

Quatre projets lowtech réalisés par les élèves

L’association Gold of Bengal a fait appel aux élèves de première année de l’Ecole Centrale de Lille pour leur confier quatre projets lowtech. Les élèves participent ainsi au projet Nomade des mers, un laboratoire embarqué à bord d’un catamaran pour un tour du monde de trois ans à la recherche des innovations lowtech. Le lowtech repose sur les principes du développement durable. Il s’agit de construire des objets à partir de matériaux de récupération, facilement accessibles et adaptés aux territoires sur lesquels les solutions sont proposées. Les produits lowtech doivent aussi être réparables et s’inscrivent ainsi dans la lutte contre l’obsolescence programmée.
Dans le cahier des charges des élèves : l’utilisation de ressources locales et de matériel de récupération. Leur objectif : réaliser un prototype qui fonctionne mais aussi un guide de montage simple, accessible pour que n’importe qui sur la planète puisse construire sa propre machine.

Soleil, vent et eau : des ressources naturelles pour les projets

Avec le projet Drink the air, le premier groupe vise à construire un dispositif permettant de récupérer l’humidité de l’air pour la transformer en eau potable. Leur objectif : produire cinq litres d’eau potable par jour.
Avec Eol’home, les sept élèves du groupe créent une éolienne dont les pales peuvent être fabriquées avec un vieux bidon en plastique. « Notre prototype fonctionne sur un axe vertical, c’est ce qu’il y a de plus simple à construire. Nous devons trouver un compromis performance/facilité d’accès aux matériaux pour que le projet réussisse ! », explique Vincent Guérin.
Pour le projet OpenSol, les élèves se sont lancés dans la production d’électricité grâce à l’énergie solaire. Leur dispositif fonctionne avec des miroirs posés au sol qui récupèrent la chaleur pour chauffer des tubes en cuivre remplis d’eau ou d’huile selon leurs expérimentations. Une fois chauffé, le liquide produit de la vapeur qui entraîne une turbine qui produit de l’électricité. « Au-delà du côté développement durable et engagement pour la planète, ce qui nous a intéressés en tant qu’élèves-ingénieurs c’est le principe du « quick and dirty » qui nous permet de réaliser et donc de tester beaucoup de prototypes. On passe tout de suite au concret avec cette façon de travailler ! », indique Antonin Volle.
Enfin avec le projet Fluminis, c’est sur le principe du moulin à eau que les élèves ont fabriqué leur hydrolienne pour produire de l’électricité. Avec des pales en bois et des moteurs récupérés dans des casses, les élèves tiennent là-aussi le pari du 100% récup’.

Les prototypes sont encore en cours d’amélioration mais fonctionnent déjà bien. Il reste aux élèves à réaliser leur mode d’emploi simple, facilement compréhensible et universel pour que leurs projets puissent être reproduits sur toute la planète.

En savoir plus sur l'association Gold of Bengal.
En savoir plus sur le projet Nomade des mers.

-

Le Groupe des Ecoles Centrales a organisé son premier Career Forum à Berlin

C’est à l’hôtel Pullman de Berlin que le Groupe des Ecoles Centrales a donné rendez-vous à ses élèves-ingénieurs en double diplôme en Allemagne, mais aussi à ses alumnis double-diplômés, ce samedi 4 juin pour le 1er Career Forum germanique.
L’objectif : les mettre en relation avec une quinzaine d'entreprises internationales (Alcimed, Amazon, Atos, Rabot Dutilleul, Sopra Steria, Thalès ou encore Véolia), pour dynamiser leur recherche d’emploi ou de stage.
Le Groupe des Ecoles Centrales avait déjà organisé ce type d’action en 2015 à Londres avec l’ESSEC Business School. Des tables rondes et une réception networking étaient au programme de l’événement du 4 juin dernier. 10 élèves de la formation Ecole Centrale de Lille sont actuellement en double-diplômes en Allemagne (à Munich, Berlin et Aix-la-Chapelle) et quatre nouveaux élèves les rejoindront à la rentrée prochaine à Munich. Les universités partenaires du Groupe des Ecoles Centrales sont : RWTH Aachen Technische Universität Berlin, Technische Universität Darmstadt, Technische Universität Dresden, Technische Universität München, Karslruher Institut für Technologie, Universität Stuttgart et Friedrich-Alexander Universität Erlangen-Nürnberg.

Crédit photos : EC Lyon.

-

« La France en souvenirs » : l’aventure centralienne des étudiants internationaux

Chaque année depuis 2001, les élèves internationaux de l’Ecole Centrale de Lille, réunis dans le Club T.I.M.E., réalisent « La France en souvenirs ». Un livre dans lequel ils reviennent sur leurs deux années passées en France. La 16e édition de « La France en souvenirs », présentée le 9 mai dernier, permet donc de voir la France et les Français à travers le regard de 34 étudiants internationaux. L’instigatrice de ce livre, Hélène Catsiapis, enseignante, aujourd’hui retraitée, reste très investie dans l’accueil des élèves internationaux à l’Ecole Centrale de Lille et leur a fait découvrir Paris.

Les élèves internationaux livrent une vision idyllique de notre pays, que certains lecteurs français auraient peut-être oubliée… Dans cet inventaire à la Prévert, les élèves du club T.I.M.E. reviennent sur leurs premiers déboires dans les transports en commun, leur découverte de la gastronomie, la joie de vivre des Français, le légendaire froid de Lille, la solidarité et l’esprit de partage qui règnent à Centrale Lille.

Quant à leur vie à quotidienne à l’école, la découverte de nouvelles méthodes d’enseignement comme l’apprentissage par projet ou les travaux non encadrés et les relations enseignants-élèves se mêlent à la vie associative intense et au rose des costumes des musiciens de la fanfare pour former ce que certains élèves vont jusqu’à appeler « une famille ».

Si les élèves internationaux ont appris beaucoup grâce à leurs années à l’Ecole Centrale de Lille, leur présence dans l’école est une richesse inestimable. Les élèves du Club T.I.M.E. organisent régulièrement des événements pour échanger sur la culture de leur pays : cafés langues, soirée brésilienne, nouvel an chinois... Lors de la journée internationale en novembre dernier, les élèves internationaux ont présenté leurs universités d’origine aux élèves français qui alors ont pu se projeter dans des études à l’étranger.

Zoom sur… La régate 470 des grandes écoles

La 3e édition du challenge 470 de la conférence régionale des grandes écoles (CRGE) a eu lieu le 1er mai.  13 équipages, venus de sept grandes écoles de la région se sont affrontés sur le plan d’eau des Prés du Hem à Armentières (59). L’objectif du challenge : « promouvoir l’esprit d’équipe et défendre les couleurs de son école ».
Les trois équipages de Centrale Lille arrivent aux 3e, 4e et 8e places, derrière ceux de l’Université Technologique de Compiègne (UTC) et de l’Ecole Nationale Supérieure d’ingénieurs en Informatique, Automatique, Mécanique Energétique et Electronique de Valenciennes (ENSIAME). Arrivé en tête du classement lors de l’édition 2015, Centrale Lille a donc laissé son trophée à l’UTC mais compte bien le récupérer l’année prochaine !

 

Challenge Imagine and Make : 12 idées retenues parmi 100 proposées

Une journée pour concevoir une idée, 48 heures pour la réaliser, voilà  le principe du challenge Imagine and Make destiné aux élèves de 2e année de l’Ecole Centrale de Lille qui repose sur trois principes : imaginer, faire, entreprendre. Le thème de cette édition : comment aider les seniors à bien vieillir ? Mercredi 3 février, place à la phase Imagine. Le challenge a commencé par un pop’up café: le cerveau en ébullition, les élèves ont fait émerger 100 idées !

Par petits groupes, ils ont commencé à faire naître les idées que leur inspirait le thème du challenge. La première consigne était simple : ils avaient trois minutes pour raconter un moment fort qu’ils avaient vécu avec un senior. A partir de là, chacun a pu croiser son histoire avec celle des autres pour faire ressortir les caractéristiques marquantes des histoires entendues. L’objectif : affiner de plus en plus les ressentis de chacun pour trouver une idée à réaliser.

La seconde partie de la journée a consisté à enrichir et à évaluer l’ensemble de ces 100 idées. Originalité, utilité, faisabilité faisaient partie des critères de notation. Un travail collectif qui a permis de sélectionner les 12 idées que les élèves réaliseront par groupe de quatre à six. De la béquille multifonctions au Scrabble® connecté en passant par la boîte à médicaments ou le jardin connecté, la diversité des projets promet une suite palpitante ! Prochaine étape le 2 mars pour la conception des prototypes !

-

Contactez-nous

Pour tout complément d’infos veuillez contacter :

Nathalie Dangoumau
Directrice de communication